Billetterie Péniche La Pop : Réservez votre billet

Carte La Pop

Carte La Pop

  • Péniche La Pop - Paris

La carte La Pop ne coûte que 10 euros. Elle vous permet d’assister pendant une année à tous les spectacles au tarif unique de 10 € par représentation, d’assister gratuitement à toutes les (Re)lectures et Pop Conf’ et de bénéficier de réductions chez nos partenaires culturels. Adhérez en ligne via le lien ci-après, nous vous donnerons la carte La Pop lors de votre prochaine venue.


(RE)LECTURES #3 ~ Tamara Al Saadi, Steven Michel

(RE)LECTURES #3 ~ Tamara Al Saadi, Steven Michel

  • Sam. 26 sept. de 17 h à 18 h 30

(Re)lecture #3 : You’ll Never Walk Alone,
Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II
Samedi 26 septembre à 17h


#1 Tamara Al Saadi, autrice, metteuse en scène et comédienne
et Marion Harlez-Citti, comédienne
#2 Steven Michel, danseur et chorégraphe


____________


Des comédiens, musiciens, metteurs en scène, chorégraphes et circassiens… donnent successivement leur interprétation scénique de cinq musiques, cinq hymnes choisis pour leur puissance fédératrice. Tantôt festif, nationaliste, religieux ou contestataire, l’hymne est une chanson qui enjoint chacun à chanter en chœur, à se rassembler le meilleur et parfois pour le pire.


Composée en 1945 pour une comédie musicale, You’ll Never Walk Alone s’est vite mué en standard, repris par les plus grandes voix, autant qu’en hymne… des stades britanniques. Cette ode au courage et à la persévérance est le terrain d’une double expérimentation, chorégraphique puis dramatique. Complice de l’artiste Théo Mercier ou encore du chorégraphe Jan Martens, Steven Michel succèdera à l’autrice et metteur en scène franco-irakienne Tamara Al Saadi, révélée en 2018 lors du Festival Impatience puis au Festival d’Avignon.


(RE)LECTURES #4 ~ Elsa Guedj, Stéphanie Aflalo, Elsa Biston

(RE)LECTURES #4 ~ Elsa Guedj, Stéphanie Aflalo, Elsa Biston

  • Sam. 3 oct. de 17 h à 18 h 30

(Re)lecture #4 : Pastime Paradise, Stevie Wonder
Samedi 3 octobre à 17h


#1 Elsa Guedj, comédienne, et Stéphanie Aflalo, comédienne et metteuse en scène
#2 Elsa Biston, compositrice


____________


Des comédiens, musiciens, metteurs en scène, chorégraphes et circassiens… donnent successivement leur interprétation scénique de cinq musiques, cinq hymnes choisis pour leur puissance fédératrice. Tantôt festif, nationaliste, religieux ou contestataire, l’hymne est une chanson qui enjoint chacun à chanter en chœur, à se rassembler le meilleur et parfois pour le pire.


Vivre dans un passé révolu et fantasmé ? Cette chanson de Stevie Wonder, aux accents mystiques, questionne notre rapport au passé tout en évoquant la lutte pour la reconnaissance des droits civiques aux États-Unis. Bien dans leur temps, les artistes de cette quatrième (Re)lecture mettent en résonnance ces thématiques avec leurs sujets de prédilection : la compositrice Elsa Biston et ses objets vibrants et sonores, puis les comédiennes Elsa Guedj et Stéphanie Aflalo porteuses, sur les plus grandes scènes, des mots aiguisés de nos auteurs contemporains.


(RE)LECTURES #5 ~ Uriel Barthélémi, Émilie Rousset

(RE)LECTURES #5 ~ Uriel Barthélémi, Émilie Rousset

  • Sam. 10 oct. de 17 h à 18 h 30

(Re)lecture #5 : Ode à la joie, Symphonie n° 9, Beethoven
Samedi 10 octobre à 17h


#1 Jules bisson, metteur en scène, étudiant du CNSAD
#2 Uriel Barthélémi, batteur et compositeur
#3 Émilie Rousset, metteuse en scène


____________


Des comédiens, musiciens, metteurs en scène, chorégraphes et circassiens… donnent successivement leur interprétation scénique de cinq musiques, cinq hymnes choisis pour leur puissance fédératrice. Tantôt festif, nationaliste, religieux ou contestataire, l’hymne est une chanson qui enjoint chacun à chanter en chœur, à se rassembler le meilleur et parfois pour le pire.


La dernière symphonie de Beethoven, composée pour soutenir un message de paix et de fraternité, a traversé les siècles pour devenir, non sans grincement, l’hymne du Conseil de l’Europe. Que peuvent nous apprendre les regards croisés de trois artistes sur cet illustre air ? Réponse en une après-midi performative menée tambour battant par Jules Bisson, jeune comédien à l’acuité et l’ironie revendiquées, Emilie Rousset, metteuse en scène qui sonde avec brio les nouvelles formes du théâtre documentaire, puis Uriel Barthélémi, batteur-compositeur tout terrain, féru d’hybridation !


À noter : l’ouverture de cette (Re)lecture a été confiée à un jeune metteur en scène, en partenariat avec le Conservatoire National d’Art Dramatique, en cohérence avec l’engagement de La Pop auprès des artistes émergents.


NÉBULEUSE ~ Marion Pellissier

NÉBULEUSE ~ Marion Pellissier

  • Mar. 10 nov. de 19 h 30 à 20 h 30 + autres dates

Marion Pellissier crée un dispositif théâtral singulier et s’empare de la péniche pour en faire, le temps d’une soirée, un lieu de fête plongé dans une atmosphère sonore perturbée : la nébuleuse du son. Buvette, piste de danse, DJ, quelques places assises, soit le décor d’une fête à laquelle le spectateur est invité à prendre part. Au fil de leurs conversations intérieures, l’histoire de deux convives, Betty et Jonah, se fait jour.


Dans le hasard d’une soirée ratée, dans la difficulté à communiquer à travers la musique et la foule, dans les malentendus et l’alcool diffusant son audace éphémère, la fête plonge ces deux personnages dans une étrange nébuleuse, les amenant à se croiser mais se rater sans cesse, à ne jamais voir ce qui pourtant était en lumière.
L’ambiance est sourde, les sons de la fête résonnent au loin, tandis que les voix intérieures des deux protagonistes errent dans la foule. Les contrastes entre les sons des festivités, les voix inaudibles, et l’espace intérieur de Betty et Jonah métamorphosent l’univers de la fête en un espace à la marge.
Au cœur du dispositif, les spectateurs suivent l’histoire de ces jeunes gens, au moyen de voix off qui prennent en charge leurs voix intérieures, le fil de leurs pensées, de plus en plus décousues, de plus en plus saccadées.
Tendre l’oreille, choisir son écoute, créer son propre regard à partir de plusieurs matériaux sonores, telles sont les invitations d’un spectacle qui cultive le goût de l’aléatoire et du singulier.


____________________


Texte et mise en scène
MARION PELLISSIER


Avec
ZOÉ FAUCONNET
et NICOLAS MOLLARD


Son, musique et DJ
THIBAULT LAMY


Production La Raffinerie


Coproduction Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène Nationale, La Pop, SC, et Le Zef, Scène nationale de Marseille


La Raffinerie bénéficie du soutien de La Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée et de La Ville de Montpellier


LE HURLE ~ Alvise Sinivia, Maya Boquet, Lancelot Hamelin,  Paul Ramage, Simon Rouby

LE HURLE ~ Alvise Sinivia, Maya Boquet, Lancelot Hamelin, Paul Ramage, Simon Rouby

  • Ven. 20 nov. de 19 h 30 à 21 h + autres dates

Dans le cadre du festival Mesure pour Mesure du Nouveau théâtre de Montreuil


Le compositeur et pianiste Alvise Sinivia rassemble une équipe pluridisciplinaire qui collecte et interprète depuis de nombreuses années des images sonores, visuelles et oniriques. En faisant de l’archéologie du futur l’objet d’une fable de science-fiction, ils nous entraînent dans un spectacle sonore hanté par les lois du chaos.


La catastrophe planétaire a déjà eu lieu… que reste-t-il à préserver pour l’avenir ? L’histoire écrite par Lancelot Hamelin se déroule dans un futur parallèle, où un monde sur-urbain succombe. Un personnage raconte de sa voix au timbre surexposé un système sur le point de s’éteindre. À travers des archives sonores et visuelles, cet homme cherche à nous faire entendre les existences de onze villes avant qu’un silence définitif ne s’abatte sur elles.
Pour mener cette réflexion sur la mémoire et la trace librement inspirée des Villes invisibles d’Italo Calvino, Alvise Sinivia réunit une équipe artistique adepte de collecte. À la manière de chercheurs, la metteure en scène Maya Boquet, le créateur sonore Jocelyn Robert, le vidéaste Simon Rouby et l’auteur Lancelot Hamelin collectent et classent depuis de nombreuses années des images sonores et visuelles (catalogue de rêves, faits divers, témoignages) de différents lieux et espaces-temps.
Le compositeur Paul Ramage sculpte ces documents sonores sur un instrumentarium constitué de machines enregistrantes (magnétophones à bandes magnétiques, dictaphones, électrophones, répondeurs téléphoniques analogiques…). Une fois les traces sonores imprimées sur la bande magnétique, de nouvelles matières sonores, mouvantes et parfois instables, émergent jusqu’à perturber nos repères. Que nous disent ces sons d’un monde sur le point de s’éteindre ?


-> Le samedi 21 novembre à l’issue de la représentation de 19h30, rencontre avec l’équipe artistique et l’écologue et acousticien Jérôme Sueur.
______________


Dramaturgie,
mise en scène
Maya BOQUET


Texte, récit
Lancelot HAMELIN


Scénographie
Franck JAMIN


Composition,
performance
Paul RAMAGE


Captation
d’archives sonores
Jocelyn ROBERT


Vidéo
Simon ROUBY


Direction artistique, composition,
performance
Alvise SINIVIA


Création lumière,
régie générale
Julien SOULATRE


Récitant
Frédéric STOCHL


Production Compagnie Alvise Sinivia


Co-production La Pop, La Soufflerie, La Muse en circuit, le Nouveau théâtre de Montreuil


Accueil en résidence IRCAM, GMEM, Villa Médicis, La Soufflerie, La Pop, La Manufacture des Oeillets (Ivry), La Muse en circuit


Partenaire Ministère de la culture et de la communication - DRAC île de France


CONCHA – HISTOIRE D'ÉCOUTE ~ Hortense Belhôte & Marcela Santander Corvalán

CONCHA – HISTOIRE D'ÉCOUTE ~ Hortense Belhôte & Marcela Santander Corvalán

  • Du 2 au 4 déc. 2020 de 19 h 30 à 21 h

Dans sa dernière création, Quietos, Marcela Santander Corvalán se penche sur l’épineuse question de l’écoute : peut-on créer une danse qui permettrait une écoute active, une danse faite entièrement de cela, de prêter l’oreille ? Croisant les disciplines, la chorégraphe invite l’enseignante en Histoire de l’art et comédienne Hortense Belhôte à poursuivre la réflexion, pour la scène.


La concha ou la conque, est un gros coquillage que l‘on trouve sur toutes les plages du monde. Sa cavité, vidée de son occupant sous-marin, devient une caisse de résonnance naturelle qui fait parfois entendre la mer. Sur les cinq continents, la conque est également considérée comme l’un des plus vieux instruments de musique. De la famille des vents, elle décuple le souffle et produit un son sourd, à mi-chemin entre la voix humaine et la vibration aquatique. En Argentine, au Paraguay et au Chili, la concha est aussi un mot d’argot qui désigne le vagin : la « Concha de tu madre » est une insulte ou une exclamation de contrariété comparable à notre « Putain ! ».
À la fois émetteur et récepteur, la conque est le fil rouge de cette vaste archéologie sonore qui nous invite à envisager une troisième voix, entre la passive et l’active, curieusement portée par le genre féminin. D’objet prétexte, la concha devient allégorie et symbole magique d’un monde nouveau, volontiers écologiste, futuriste et féministe.
Parole, danse, image, musique du performer et musicien Gérald Kurdian, thérapie et fiction articulent cette conférence performée, qui tente de créer une expérience commune emmenée par la force expressive du corps. Une façon de révéler, aux interstices de ces pratiques, des espaces entre l’action et la passivité, en déconstruisant l’idée même de pratique et de théorie.


__________________


Conception
Hortense Belhôte
et Marcela Santander Corvalán


Interprétation
Hortense Belhôte,
Gérald Kurdian
et Marcela Santander Corvalán


Création sonore
Gérald Kurdian


Production, diffusion, administration
FABRIK CASSIOPEE – MANON CROCHEMORE & MANON JOLY


Production Fabrik Cassiopée


Coproduction La Pop


RIVIÈRE SALE ~ Élisa Monteil & Raphaël Mouterde

RIVIÈRE SALE ~ Élisa Monteil & Raphaël Mouterde

  • Du 15 au 17 déc. 2020 de 19 h 30 à 21 h

Dans le but à demi avoué de voir l’hétéronormativité s’étouffer d’une fausse route malencontreuse, les deux auteurs et interprètes de Rivière sale proposent une zone partageable d’exploration des désirs et des fantasmes. La mise en scène sensible et décalée de leurs expériences intimes ouvre les possibles d’un imaginaire sensuel hors des balises du genre, des normes et du diktat de la performance… une offrande qui s’épanouit par le son !


En 2016, la performeuse et créatrice sonore Élisa Monteil crée le site Super Sexouïe. Au cœur de cette démarche, une question : peut-on produire avec les potentialités du son des formes artistiques excitantes sans les images, sans les corps ? Parallèlement, Raphaël Mouterde explore ce même champ à travers la composition d’une pièce musicale électro-acoustique intitulée Tant que tu ne me tues pas. La mise en musique des sons de la pornographie alliée à un travail centré sur des voix chantées ouvre de nouvelles pistes.
Partant du désir de renouveler les espaces de mise en récits des sexualités, Rivière sale propose une réflexion collective sur ce qui est habituellement cantonné à la sphère privée, un lieu de partage où les deux artistes questionnent les contours de ce qui limite nos imaginaires, à travers une forme qui met en jeu leurs divers pratiques : le théâtre, la performance, la création sonore, la musique.
Si le sexe est au cœur de Rivière Sale, c’est au travers du son. Le son agit comme complice, stimulant et provocant, partenaire de la performance et socle pour l’imaginaire. Il surgit des espaces et des sculptures les plus inattendus, où se transportent et se traduisent toute la complexité de nos désirs.


À partir de 16 ans
________________


Auteure et interprète
ÉLISA MONTEIL


Auteur compositeur et interprète
RAPHAËL MOUTERDE


Regard extérieur
RÉBECCA CHAILLON


Création lumières
JÉRÔME BERTIN


Conception des dispositifs multimédias
CYRIL MENAUGE


Scénographie
HAFID CHOUAF


Chorégaphie
MATTHIEU HOCQUEMILLER


Production Compagnie Dans Le Ventre


Coproduction La Pop, Théâtre d’Orléans, Nouveau Gare au Théâtre de Vitry-sur-Seine


Avec le soutien du Nouveau Gare au Théâtre de Vitry-sur-Seine, de La Pop, du CentQuatre et de La Loge, de Das Plateau aux Ulis - Espace culturel Boris Vian, d’Emmetrop L’Antre-Peaux Bourges et du Point éphémère